Aventures près de la maison

Je suis originaire de La Haye, mais ça fait 4 ans que je vis à Groningue. Doucement, j’ai commencé à m’habituer à certaines coutumes spécifiques, à des traditions uniques, et aux plats délicieux, comme le Eierball.

Plus récemment, cependant, j’ai découvert qu’il existe une rivalité tacite entre le peuple frison et les habitants de « Grunn ». Vous ne le remarqueriez pas à première vue, mais les deux provinces partagent des opinions différentes l’un sur l’autre. Sans avoir peur d’un peu d’exploration, j’ai décidé d’aller voir de quoi il s'agissait.

C'était une aventure près de chez moi, mais honnêtement, j'étais plutôt content. C’était comme une petite vacance d'enquête. Je visiterais Waterdorp Burdaard, un ensemble de villas de vacances au cœur de la Frise. J’ai fait un petit sac, j’ai pris ma caméra et je suis allée dans la direction de la frontière frisonne.

Après un court trajet en voiture avec beaucoup de ronds-points me donnant des douleurs de tète, la route se rétrécit en une seule voie. J’ai conduit à travers un certain nombre de petits villages nichés contre des canaux ou rivières, leurs façades en briques et les toits ressemblant à ceux de Groningue. Jusqu'ici tout va bien. Ensuite, la route est devenue encore plus étroite. Je me suis retrouvé à avancer lentement jusqu’à ce le panneau avec « Burdaard » était visible. J’ai trouvé une place de parking près d’un petit champ, où deux chèvres me regardaient avec intérêt.

Je suis descendu de la voiture en regardant les environs. Un canal avec des péniches basses, une femme avec ses deux enfants sur un vélo, un moulin à vent tournant dans la brise chaude d'automne. Typiquement hollandais ? Oui ! Typiquement frison ? Pas nécessairement. Les environs étaient, cependant, vraiment charmants. Le village vibrait de vie. Les gens pêchaient sur les remblais en vieux bois, un caissier de supermarché saluait tout le monde par leur prénom, et partout dans le village, les gens s’arrêtaient afin de discuter et de profiter du beau temps.

Alors que j’allais vers le parc, j'ai été accueilli par tout le monde en passage. Cela m’a fait sourire et je voulais croire que c’était quelque chose typiquement frison. Mais encore une fois, j’ai pensé que c’était une coutume dans les petits villages partout aux Pays-Bas.

Pourtant, quand j’étais à la périphérie du village, j’ai finalement trouvé ce que je cherchais depuis tout ce temps : deux garçons, ayant pas plus de 12 ans, sautillant au-dessus d'un petit étang à l'aide d'un bâton solide. Cela s’appelle « Fielrjeppen », et à Friesland c’est un sport officiel, ayant lieu chaque année, avec des centaines de concurrents professionnels.

J’ai souri en regardant les garçons continuer à se défier, jusqu'au moment quand, finalement, l’un d’eux tombait dans l’eau. Je rigole et je continue mon chemin, entendant le garçon derrière moi disant de gros mots.

Juste avant le parc, j’ai trouvé un petit supermarché, pas plus grand qu’un garage, mais décoré de manière charmante par une vieille dame. Je suis entré dedans, attiré par les divers produits intéressants, des liqueurs locaux et des pots de confiture, aux pâtisseries frisonnes fraîchement préparées. Je n’ai pas réussi à résister et j’ai choisi le « Suikerbrood » typiquement frison, un pain très sucré avec du sucre dedans.

Ça m’a pris un moment pour repérer le parc, ses toits similaires se mélangeant parfaitement dans les environs. Une fois à l’intérieur, j’ai marché jusqu’au fond du large salon et j’ai ouvert les portes vitrées du sol au plafond. J’ai pris une tasse de café et un morceau de Suikerbrood, je me suis assis au soleil près des portes et j’ai commencé à me remémorer ce que j’avais vu jusqu’à présent. Je me suis tout de suite rendu compte que les différences n’étaient pas si grandes, comme c’était l’impression à Groningue.

Les gens étaient gentils et très sociables avec les étrangers. Le village était similaire à n’importe quel village hollandais, avec sa charmante église au bord de l'eau, ses canaux sans fin, ses ponts et ses moulins à vent. Oui, le Fierljeppen et le Suikerbrood (maintenant collé à mes mains et à ma barbe) étaient typiques, mais celles-ci ne représentent pas nécessairement le caractère des gens.

Entre-temps, avec la couché du soleil, je me retrouve toujours assis près de la terrasse, regardant les champs. En relisant, je me rends du compte maintenant que mon étude reste sans conclusion. Vous pensez peut-être que je suis consterné, mais que pouvons-nous vraiment apprendre en une journée ? Si les gens se comprenaient après une seule journée, il n’existerait plus de haine et de guerre. Au lieu de cela, j’ai souri et j’ai pensé, « Je suppose que je dois rester ici un peu plus longtemps pour comprendre exactement », une réflexion qui ne m'inquiétait pas.

16-09-2022 Camille Dubois
Le vieil homme et le lac

La route, semblant à un serpent gris, a construit son chemin à travers le paysage tchèque assombri. La brume a déjà commencé à se former dans la vallée, comme des lacs un peu étranges. Nous étions sur la dernière partie de nos dix heures de route depuis les Pays-Bas et l’heure était déjà après minuit. Enfin, nous remarquons une rangée de toits qui apparaît hors de la brume, lorsque nous arrivons au petit village de Muckov. Une figure se remarque à la porte et une lumière s'allume.

Lire la suite
parc de vacances la sapiniere
19-03-2018 Camille Dubois
Sapinière, une semaine au cœur vert de l'Europe

Je dois dire que chaque fois que je pensais au Luxembourg, je pensais que... je ne sais pas. Comme littéralement, je ne peux pas dire que je savais trop sur cet endroit jusqu'à ce que j'en aie réellement l'impression. Maintenant, je peux attester le fait que ce pays est plus incroyable qu’on le pensait. C'est une terre d'une nature verte étonnamment belle, une terre de légendes et de châteaux de conte de fées, d'accueil des gens.

Lire la suite
cote belge
07-12-2017 Camille Dubois
3 jours sur la côte belge

Vous avez envie d'un long week-end? Pourquoi ne pas prendre quelques jours pour vous détendre et profiter de la côte belge?

Lire la suite